VIDÉO – PLUS COURT POUR PLUS DE SENS

Avec le développement de la vidéo en ligne depuis les années 2000, les formats se sont transformés, renouvelés. Plus court, plus dense, plus intense, le mouvement semble accélérer. On pourrait redouter qu’il amène à réfléchir moins, à apprendre moins. Les nouvelles productions et notre expérience nous suggèrent au contraire qu’il peut être une chance pour les contenus pédagogiques.

 

La génération Y, génération zapping ? Une génération incapable de se concentrer plus de deux minutes avant d’être happée par une notification sur son téléphone ? Une génération trop peu concernée par ce qui l’entoure pour regarder un journal télévisé ? Sans parler de la presse écrite... La consommation de média en ligne est en pleine transformation.

 

Parlons chiffres : En janvier 2014, un Français a regardé en moyenne 190 vidéos en ligne. Selon AdExchange, 37% des internautes regardent des vidéos sur un écran numérique tous les jours et 70% le font au moins une fois par mois. Il faut dire aussi que 36 % des Français ont 4 écrans ou plus dans leur foyers. Les formats vidéo doivent donc s’adapter à ce nouveau mode de consommation : plus courts, plus accrocheurs, plus nombreux aussi. Le tableau peut paraitre sombre lorsqu’on l’envisage comme ça. Pourtant, cette demande revigorée pour la vidéo est aussi l’occasion de faire passer des messages complexes et qu’ils soient retenus.

 

 

 

Encore mieux qu’un dessin

Davantage d’écrans et de consommation de vidéos signifient plus de possibilité de faire passer un message complexe. Depuis plusieurs années, la recherche prête aux images animées des vertus en terme d’apprentissage. Selon Lowe & Schnotz (2005), elle attire l’attention et accroit l’intérêt et la motivation du lecteur. Selon Boucheix et Guignard (2005), elle permet de donner une dimension concrète à des phénomènes complexes et abstraits.

 

Les chaines de télévision produisent d’ailleurs des séries informatives qui adoptent un format propre au web : le très-court, le 2’, le format qu’on partage sur les réseaux sociaux... des séries qui ont vocation à être aussi diffusées en ligne. Vous connaissez sans doute de l’excellent Chiffroscope de l’Effet Papillon, malheureusement crypté par son diffuseur depuis 2015, mais peut-être aussi Datagueule, qui nous explique tout et parfois n’importe quoi depuis 5 saisons, ou Karambolage qui « explique l’Allemagne et la France aux Allemands et aux Français ». Quels équivalents avaient ces séries pédagogiques avant l’ère d’internet ? Le format court permet de ne pas perdre le spectateur et oblige à se concentrer sur l’essentiel, pour plus d’efficacité.

 

Ce format peut parfois être détourné de son but premier d’information : Hello bank a lancé Bonjour la question, web série traitant de questions économiques, allant de l’âge de la retraite à la réduction de sa facture d’électricité. Imaginée sous forme de publicité sur Youtube qui renvoie vers le site de l’entreprise. On visionne un épisode puis il faut s’inscrire pour accéder aux 19 vidéos de la série... Ainsi, la banque a jugé ces contenus assez attractifs pour que les potentiels clients donnent volontairement leurs adresses mail. Le contenu de marque a encore frappé...

 

 

RETOUR D'EXPÉRIENCE

La vidéo donne l’occasion de faire rentrer, sans effort, le spectateur dans un sujet qui aurait pu le rebuter. On en a fait l’expérience ! Notre cher incubateur, Inter-made, a remarqué que les porteurs de projet étaient quelque peu réticents à la communication. Du coup, on a réalisé une vidéo, légère et pédagogique, pour rendre le sujet plus digeste. Les premiers retours sont positifs : lorsqu’elle est utilisée dans les formations, les porteurs de projets sont plus réceptifs au discours qui suit, selon l’aveu même de la formatrice.

 

 

 

Épisode 1 : Boxie et la communication

 

 

La vidéo a été postée sur la page Facebook d’Inter-made et représente la publication la plus vue... depuis la création de la page en 2013 ! Oui, la vidéo a un potentiel viral impressionnant, on a des statistiques qui le confirme. On touche donc plus de personnes, l’impact est d’autant plus large.

 

Bref, le développement de la vidéo en ligne change la donne en terme de format. Il oblige les créateurs à être synthétiques et à se concentrer sur les informations essentielles. Une opportunité pour faire passer des idées, efficacement !

CATÉGORIES